French Bloke Runs

Tais-toi et cours !

La grosse rando : Djebel Toubkal

Tu vas enfin comprendre pourquoi j’étais aussi paresseux sur ce blog la semaine dernière. Au lieu de passer mon week-end à écrire pour toi, je l’ai passé à crapahuter dans l’Atlas marocain. Mais revenons 2 semaines en arrière. Grand Polak – encore lui – m’a appelé pour me faire une proposition un peu folle : grimper au sommet de la plus haute montagne d’Afrique du nord – le Djebel Toubkal au Maroc. Il avait acheté trois billets d’avion et un de ses potes s’est débiné au dernier moment. Inconscient que je suis, j’ai répondu oui. Sept jours plus tard, j’étais dans un petit hôtel à Imlil.

Imlil hotel

Vue sur Imlil, la terrasse sur le toit de l’hôtel, le succulent petit déjeuner

Imlil est le village le plus proche du sommet du Djebel Toubkal. C’est un endroit charmant à 1740 mètres d’altitude où les gens ne harcèlent pas autant les touristes qu’à Marrakech et où les températures sont supportables. C’est presque le paradis : la première nuit ici fût la plus calme que j’ai passée depuis des années, le repas à l’hôtel était délicieux, copieux et bon marché, les paysages sont à couper le souffle, la lumière est unique, douce et belle, et l’endroit est rempli de mignons petits chevreaux, de chats et de mules. Sans compter que le fabuleux jus d’orange frais te fait même oublier qu’il n’y a pas d’alcool.

Animals in Imlil

Animaux à Imlil: chats, chevreaux, mule

Nous nous sommes levés relativement tôt pour faire nos sacs à dos avant de prendre le chemin pour le refuge du Toubkal, mais aussi pour donner le temps de courir à ce maboul de Grand Polak. J’aurais voulu le rejoindre, mais je me suis dit qu’il était plus prudent de garder mon énergie pour la marche. Je pense que j’ai eu raison : la randonnée n’était longue que de 10 kilomètres mais après plus de 3 heures de marche avec nos gros sacs à dos, on était montés de plus de 1500 mètres de dénivelé !

J’ai vraiment adoré cette rando. Tout d’abord parce que la nature est belle à cet endroit, mais aussi parce que je me suis rendu compte que j’aime autant marcher que j’aime courir. C’est sûrement parce que je me suis trouvé bien meilleur que ce à quoi je m’attendais – même si j’ai déjà beaucoup randonné dans ma vie, j’avais peur d’être un boulet pour Grand Polak et son pote, ce qui n’a pas du tout été le cas, nous sommes d’ailleurs arrivés au refuge bien plus tôt que prévu.

Imlil to refuge

Le moment où nous avons perdu le chemin, la mosquée blanche à mi-chemin, une cascade, le refuge

Au refuge (vers 3200 mètres d’altitude si tu suis bien), nous avons eu tout le temps nécessaire pour nous reposer, pour lire et pour manger un dîner étonnamment bon. Dans le dortoir, on a rencontré un irlandais avec qui nous avons partagé la plus grande partie de la marche le lendemain, puis nous sommes allés au lit tôt. Nous avons tous les 3 mal dormi, probablement à cause de l’altitude et du manque d’oxygène.

Nous nous sommes levés avant le soleil, avons pris un petit déjeuner, refais nos sacs, et quand la lumière du jour est arrivée nous sommes partis dans la mauvaise direction. On s’est vite rendus compte de notre erreur, on est retournés au refuge pour prendre le bon chemin. Une chienne nous a suivi tout le long jusqu’au sommet ! On l’appelée Łajka, le nom polonais de Laïka, le premier chien dans l’espace car elle lui ressemblait beaucoup. Techniquement, elle était aussi le chien le plus proche de l’espace de toute l’Afrique du nord !

Cette portion de la randonnée était la plus difficile. Il y avait à peine plus de 3 kilomètres de distance, mais un dénivelé de 1000 mètres. Tu peux t’imaginer comme c’était raide. Et puis à 4167 mètres au dessus du niveau de la mer, le manque d’oxygène fait que tu es à bout de souffle après quelques pas, donc c’était bien dur. Par chance, je n’étais pas autant affecté par le mal des montagnes que mes 2 compagnons et j’ai mené la troupe jusqu’au sommet où nous avons trouvé des dizaines de touristes, dont beaucoup en piteux état. Mais nous étions heureux et avons pris la photo de la victoire !

To the top of the Toubkal

Vers le sommet du Toubkal: lever de soleil, Łajka, les vainqueurs du sommet
Panorama du haut du Djebel Toubkal

Sans surprises, la redescente fût beaucoup plus facile et rapide que la montée. Ça nous a pris à peine plus d’une heure pour retourner au refuge puis 2h30 pour retourner à Imlil où l’on a pris une douche attendue et méritée avant de passer une autre nuit dans notre hôtel préféré. Le jour suivant, nous avons profité d’un autre petit déjeuner délicieux et Grand Polak a encore couru malgré la randonnée épuisante des 2 jours précédents. Juste avant de repartir pour Marrakech, nous avons eu la bonne surprise de revoir Łajka ici-bas à Imlil ! Elle nous avait suivis jusqu’au sommet du Toubkal et maintenant elle était à nouveau avec nous, 2500 mètres plus bas et 15 kilomètres plus loin… Nous lui avons donc donné plein d’affection avant de sauter dans notre taxi partagé avec notre nouvel ami irlandais et un italien de passage.

Nous avons fini le voyage à Marrakech,  qui je dois l’admettre, n’est pas ma ville préférée. Elle est belle et colorée, mais il y fait trop chaud et on s’y fait harceler par les locaux qui veulent te vendre des trucs dont tu ne veux pas. Je pense qu’on était trop fatigués pour apprécier. Ceci dit, la bouffe était bonne et on a mangé un couscous gigantesque bien mérité ! Je ne me suis même pas senti coupable de tout manger ni même d’avoir avalé une tonne de pâtisseries marocaines, malgré le fait que je n’ai pas suivi mon programme d’entraînement…

4 Comments

  1. Et ben sportive la chienne! Et vous aussi 😉
    Ca a l’air d’etre chouette… Le repas est prepare dans le refuge ou vous avez fait ca vous meme?

    • French Bloke Runs

      12 mai 2016 at 09:29

      Oui, dans le le refuge le repas était préparé et compris dans le prix.

      Cette rando était vraiment chouette…

  2. payet myriam

    16 mai 2016 at 11:58

    c’est une très belle ascension. je l’ai faite avec qq amis dont Jean quand je travaiu au Maroc. On avait fait une randonnée d une semaine avec mules pour porter les sacs guide et conducteurs/cuisiniers. On avait dormi au refuge. Mais ne me rappelle pas q c’était si difficile .c vrai qu’ on avait tous plus de quarante ans. Pour l’ endurance. l’ avantage est aux vieux. On est au pied du Fuji c magnifique mais on ne fera pas l’ascension. .. ce n’ est plus la saison.

    • French Bloke Runs

      16 mai 2016 at 12:28

      Wow, j’ai hâte de voir les photos du Fuji, même si vous ne grimpez pas au sommet !

Laisser un commentaire

© 2017 French Bloke Runs

Theme by Anders NorenUp ↑