Tu sais qu’en semaine, je cours le matin (c’est là que je croise les autres habitués). Cela veut dire que depuis novembre, je cours de nuit trois fois par semaine. Bien que j’aime l’étrange atmosphère nocturne et le troublant sentiment que la ville m’appartient, courir dans le noir devient pesant au bout de 4 mois (pour ne pas dire carrément relou).

Heureusement, le soleil a finit par se décider à se montrer plus tôt depuis environ deux semaines et j’ai eu la chance de voir quelques très beaux levers de soleil sur la Tamise. J’adore l’ambiance à ce moment là, quand le ciel s’éclaire c’est comme voir un visage s’illuminer, passer d’une gueule triste à un joli sourire. Par certains aspects, c’est même mieux que les couchers de soleil parce qu’on a l’impression d’être privilégié : la ville est toute calme et peu de gens on la chance de voir ça. Et puis la physique atmosphérique fait que la température baisse légèrement juste avant le lever du soleil, on a donc la chair de poule pour de vrai !

Sunrise in London

Sunrise in London – Photo by Marcus Holland-Moritz

Un des effets secondaires du changement de lumière est que les premières fois, je n’ai pas complètement reconnu les lieux où j’ai couru pendant 4 mois, et une fois je me suis même trompé de chemin ! D’ailleurs, voir un certain endroit de jour m’a permis de comprendre pourquoi je vois autant de chats (et même un renard !) à ce passage : ce quartier est un dépotoire ! Les poubelles sont renversées et les devantures ne sont jamais nettoyées… Bon, pas de soucis, le reste du Thames Path est propre et toujours aussi beau et j’aime toujours autant y courir.

Pour rien au monde je ne changerais mon habitude de courir le matin : non seulement je suis privilégié de voir des levers de soleil, mais en plus ça me donne la patate pour toute la matinée (OK, j’ai tendance à piquer un peu du nez juste après le repas de midi) et de toutes façons courir le soir m’empêche de m’endormir.